PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Source :

Accéder au site source de notre article.


Extrait

"L’action de Coup d’Pouce 92 se situe dans le champ de la prévention, pour lequel les frontières avec la protection de l’enfance sont parfois difficiles à établir. En effet, l’association accueille de plus en plus d’enfants dont les parents sont confrontés à des difficultés sociales importantes (problématiques de logement et d’emploi notamment). Les équipes des deux relais familiaux travaillent donc de manière étroite avec les partenaires, en amont et pendant l’accueil.

En général, ce sont les acteurs sociaux, éducatifs et sanitaires du territoire qui orientent les familles vers Coup d’Pouce 92 : les services du Conseil général (la Protection maternelle et infantile, le service social de secteur, l’Aide sociale à l’enfance), la Caf des Hauts-de-Seine, les services associatifs d’aide à domicile (dans le cadre de l’Action éducative en milieu ouvert et d’Aide éducative à domicile), les Hôpitaux, les Centres communaux d’action sociale, le Samu Social et, plus occasionnellement, d’autres partenaires (écoles, foyers maternels, crèches…).

Lorsque le partenaire oriente la famille vers le relais familial, l’association Coup d’Pouce 92 s’attend à recevoir un coup de téléphone des parents (qui doivent eux-mêmes appeler l’association pour que ce soit réellement leur propre démarche) et donc à accueillir leur(s) enfant(s). Cela signifie qu’un échange a déjà eu lieu entre le partenaire et l’association, et qu’ils ont considéré ensemble qu’un accueil pouvait être proposé à la famille. Il n’y a que dans la situation d’un enfant avec un handicap mental que l’association peut demander à réaliser une petite évaluation en rencontrant les parents avec le(s) enfant(s), afin de mieux se rendre compte de la faisabilité de l’accueil.

La démarche de relais familial est fondée sur une mobilisation importante des parents. Aussi, tout en cherchant à être dans la compréhension et l’écoute de chaque famille, l’association attend un certain niveau d’implication vis-à-vis de la vie de leurs enfants, ainsi que des efforts pour avancer dans les différents problèmes rencontrés. Si les parents se désengagent totalement de ces deux aspects, l’accueil de l’enfant devient une forme de substitut au placement, ce qui n’est pas sa vocation.

Toutefois, l’association accueille de plus en plus d’enfants étant accompagnés dans un cadre de protection de l’enfance (mesures d’AEMO ou d’AED notamment), sous la forme d’un accueil séquentiel destiné à soutenir le travail réalisé. Pour Coup d’Pouce 92, c’est vraisemblablement un facteur de complexité supplémentaire, mais aussi l’opportunité d’inscrire son approche spécifique comme une vraie plus-value dans la démarche de prévention et de soutien éducatif aux familles les plus en difficulté.

L’association participe à des instances partenariales d’échanges sur les situations des familles, telles que la Réunion de Concertation Petite Enfance (RCPE) et la Concertation locale enfance (CLE). Ces rencontres sont l’occasion pour Coup d’Pouce 92 de mieux expliciter le rôle et le fonctionnement des deux relais familiaux, qui sont désormais bien identifiés et reconnus par les principaux partenaires. Ces réunions permettent également à l’association de contribuer à la réflexion plus générale des institutions sur l’évolution des prises en charge vers davantage de prévention.

Le prix de journée, établi par le Conseil général des Hauts-de-Seine est fixé en fonction des ressources des parents. Il est par exemple de 2,29€ par jour et par enfant pour une personne seule sans ressource.  "

Categories: 3.6 Accompagnement

Répondre