PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In ifé n° 70 janvier 2012 :

Accéder au site source de notre article.


"Le paysage éducatif de ces dernières années est largement irrigué par les notions de mesure de la réussite scolaire, de poursuite d’évaluations des résultats et de tests à tous les niveaux pour s’assurer que les élèves atteignent
certains standards de performance. Pour autant, elles coexistent avec les notions
de créativité et d’innovation qui sont régulièrement invoquées dans certaines politiques éducatives et dans les documents d’orientation d’organisations internationales comme l’OCDE ou la commission européenne. Paradoxe ? Contradiction ? On aurait pu spontanément penser que la notion de créativité
incarne une « résistance » culturelle face à une modernité uniquement obsédée par les performances économiques, ce qui n’a pas l’air d’être précisément le cas.

Il faut donc aller plus avant et s’interroger sur ce sein d’un système éducatif, dans un curriculum de formation, en termes de contenus d’enseignement, de méthodes ou d’évaluations, du point de vue des enseignements et des apprentissages, etc.

L’éducation peut en effet augmenter les compétences et la créativité, mais elle n’est pas toujours obligée de le faire. « Tout comme la queue du Paon, qui ne sert peut être pas à grand chose, le diplôme ne garantit pas nécessairement que les connaissances acquises présentaient une 2009) dans son rapport pour l’OCDE « Former des constructeurs de savoirs créatifs et collaboratifs » !

La créativité est souvent associée à l’innovation, que ce soit à l’échelle du système, de l’établissement éducatif ou de l’individu. Il s’agit bien alors de créer pour innover ou d’innover de façon créative, sans que les deux termes ne puissent être dissociés.

C’est sous cet angle que nous envisagerons l’innovation, sachant que l’innovation peut également être considérée seule et déboucher sur la question plus large des réformes ou du management du changement en éducation. Cette dernière question, beau-rée à l’occasion de ce dossier."

Répondre