PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Le Blog « Les supers parents » – 2013 :

Accéder au site source de notre article.


Voici la fameuse vidéo de la conférence de Sir Ken Robinson à propos du changement de paradigme du système d’éducation. La vidéo a été (enfin) traduite en Français.

Sir Ken Robinson y présente les principales caractéristiques du système d’éducation formatée par notre société industrielle et la manière dont il « anesthésie » nos enfants, en tuant la pensée divergente, élément essentiel de la créativité !

Pour Sir Ken Robinson, il est urgent de révolutionner l’éducation… les réformes scolaires ne suffisent plus ! Il milite pour un apprentissage personnalisé plutôt que standardisé. Pour lui (comme à l’époque pour Maria Montessori, Célestin Freinet et leurs collègues de l’éducation nouvelle), il s’agit principalement de créer des conditions favorables au développement des capacités et des talents naturels des enfants.

(Vous trouverez sous la vidéo notre synthèse des messages clés de cette conférence)

Une éducation fondée, conçue et organisée à une autre époque

Dans beaucoup de pays, on réforme l’enseignement public. Pour 2 raisons principales :

  1. Une raison économique : comment adapter nos enfants à l’économie du 21e siècle ?
  2. Une raison culturelle : comment permettre aux enfants d’acquérir une certaine identité culturelle… tout en participant à la mondialisation !

Le modèle d’autant (éducation = diplômes = vie professionnelle réussie) n’est en effet plus valable pour les jeunes d’aujourd’hui.

Le problème, selon sir Ken Robinson, c’est que le système d’éducation actuel a été fondé, conçu et organisé à une autre époque. Il repose sur la culture intellectuelle du Siècle des lumières et sur la conjoncture économique de la révolution industrielle.

Dans ce système, les personnes sont classées dans 2 catégories : scolaire ou non scolaire – intelligent ou non intelligent… et du coup, certaines personnes très douées peuvent être persuadées d’êtres bêtes, car elles ont été évaluées selon cette seule conception.

 

Des enfants “anesthésiés” par le système d’éducation actuel !

Et puis on parle beaucoup aujourd’hui du fameux TDAH (Trouble Déficitaire de l’Attention avec Hyperactivité). C’est l’épidémie des temps modernes… et on bourre les enfants de médicaments pour les calmer.

Pourtant, réalisons que nos enfants vivent l’époque la plus stimulante de l’histoire ! Ils sont submergés d’informations (ordinateurs, tablettes, smartphones, télé, jeux vidéo…)… et nous leur reprochons de ne pas se concentrer… sur des sujets « barbants » dispensés à l’école.

Pas étonnant, pour Ken Robinson, que la courbe du TDAH soit parallèle à celle des tests de connaissance : il semble que plus on a de connaissances, plus on a de risque d’être atteint de TDAH.

Les arts sont particulièrement victimes de cette mentalité. Car les arts permettent d’être « complètement éveillé », de « vivre intensément le moment présent »… alors que nous anesthésions nos enfants (notamment avec les médicaments « anti-TDAH »). Nous les adaptons à l’instruction en les anesthésiant… alors que nous devrions faire le contraire : nous devrions les éveiller, révéler ce qu’ils ont en eux !

Mais voici notre idéal : un système d’éducation répond aux intérêts de l’industrie, qui est à son image. Les écoles sont d’ailleurs calquées sur le modèle des usines :

  • On y sonne la cloche,
  • les salles sont séparées les unes des autres,
  • On enseigne les matières isolément,
  • On utilise un système ou les enfants sont organisés selon leur âge, comme si leur caractéristique principale était leur date de fabrication !

POURQUOI ? Quand on sait que certains enfants :

  • Peuvent être bien meilleur, dans une matière, que leurs copains du même âge,
  • Travaillent mieux à certaines heures,
  • Travaillent mieux en petit groupe, voir tout seul…

Bref la « standardisation » règne… alors que nous devrions aller dans la direction inverse : modifier le paradigme !

 

Un système qui “tue” la créativité !

 

Pour Sir Ken Robinson, la créativité, c’est la capacité à avoir des idées originales qui ont de la valeur.

reformes scolaires - révolution éducation

La « pensée divergente » est essentielle pour la créativité : c’est l’aptitude à concevoir un grand nombre de réponses à une question, à considérer cette question sous plusieurs angles, à penser autrement que selon des voies linéaires ou convergentes.

Sir Robinson a créé un test, soumis à 1500 enfants de maternelle en leur demandant « combien d’usages ils pourraient faire d’un trombone ». Au-delà d’un certain niveau dans les réponses à ce test, certains étaient considérés comme des « génies de la pensée divergente ». Voici les résultats :

  • En maternelle 98% étaient des génies
  • Les mêmes enfants à 8-10 ans ne sont plus que 30%  à être des génies de la pensée divergente.
  • Les mêmes enfants à 13-15 ans ne sont plus que 12% !

Deux constats : 1- nous avons tous cette capacité (de pensée divergente), 2- elle décroît avec l’âge…

Alors qu’on aurait pu penser que plus on grandit, plus on devient bon… c’est l’inverse qui se produit ! 10 ans d’éducation « standardisée ») sont passés par la. On leur a répété : « il n’y a qu’une réponse, elle est inscrite derrière, mais ne tourne pas la page ! Et ne copie pas c’est de la triche » (alors qu’en dehors de l’école on appel ça de la coopération !)

Pour conclure, Sir Robinson nous invite donc à :

  1. Envisager autrement les capacités humaines,
  2. A dépasser le mythe de la scission entre capacités intellectuelles et non intellectuelles
  3. De reconnaître que la plupart des acquisitions de base se font en groupe et que la coopération alimente le développement !

Pour aller plus loin :

Si vous avez apprécié cette intervention de Sir Ken Robinson, nous vous conseillons aussi celle-ci…très humoristique, ce qui ne gâche rien bien au contraire. (Activez les sous-titres français dans la barre de lecture de la vidéo)

 

Répondre