PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Armenitères la Métamorphose – le 6 juin 2014 :

Accéder au site source de notre article.


Une matinée de classe supplémentaire et de nouvelles activités péri-éducatives pour les enfants…

En France, avec un enseignement équivalent mais contenu en 144 jours de classe par an (contre 188 en moyenne chez nos voisins européens), nos écoliers sont de loin ceux qui connaissent les journées d’enseignement les plus longues et fatiguantes. La réforme des rythmes scolaires du ministère de l’Education nationale vise à alléger ces journées et à permettre un meilleur apprentissage. Pour ce faire, une matinée de classe, des aprés-midi raccourcis et trois heures de TAP (Temps d’Activités Péri-éducatif) ont été insérés à l’agenda hebdomadaire des écoliers. Libre aux communes de choisir les modalités de mise en oeuvre cette réforme en fonction de leur contexte local. Après une large consultation de toute la communauté éducative et des parents interrogés à la faveur d’un questionnaire, la Ville a conçu un pré-projet et l’a soumis à la Direction académique de l’Education nationale qui l’a validé le 23 janvier dernier. 

Ainsi, à compter de la rentrée prochaine, les enfants de maternelle et de primaire iront à l’école tous les matins de 8h30 à 11h30, du lundi au vendredi (y compris le mercredi) et les quatre après-midi de lundi, mardi, jeudi et vendredi. Les horaires de l’après-midi seront fixés entre 13h30 et 16h deux jours par semaine. Pour les deux autres jours, l’enseignement durera de 13h30 à 15h30, suivi de 1h30 de TAP jusque 17h. L’accueil en garderie sera toujours proposé, de 7h30 à 8h30 et en fin de journée jusque 18h. De plus, un créneau hebdomadaire sera proposé pour de l’aide aux leçons. La philosophie choisie pour appliquer la réforme est claire : « Nous avons retenu l’organisation de deux TAP suffisamment longs pour pouvoir développer des activités plus ambitieuses et de qualité pour les enfants », explique Jean-Michel Monpays, adjoint à l’Education, au développement culturel, au patrimoine, à l’animation, à la vie associative et aux jumelages.

Le contenu de ces activités est actuellement en cours de définition. L’objectif est de s’y cultiver, d’y apprendre par le jeu, par la découverte, l’étonnement : « Ces TAP sont une chance pour nos enfants ! De nombreuses thématiques seront abordées pour une ouverture sur la culture, l’art, l’histoire, le sport, les sciences, les langues, la nature », cite l’élu en exemple . Les « TAP » ne sont pas obligatoires, mais les parents devront pré-inscrire leur(s) enfant(s) en fin d’année scolaire auprès de l’école. « Nous avons voulu instaurer la gratuité pour que ces activités soient accessibles au plus grand nombre », plaide Jean-Michel Monpays. « Il s’agit donc d’un nouveau service public entièrement pris en charge par la commune ». A cet effet, en juin, la Ville achèvera son recrutement en animateurs qualifiés et intervenants spécialisés.

Répondre