PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly
L’entrée de l’école dans l’ère du numérique soulève de nombreuses interrogations sur l’évolution des pratiques éducatives. De nouvelles

formes de pédagogies actives s’appuient ainsi sur les MOOC et les dispositifs de classe inversée. Qu’est-ce qui les distingue ? Que faut-il réellement en attendre ?
 
Si un concours était mis en place internationalement pour identifier les slogans les plus couramment cités dans le monde de la pédagogie, ceux concernant les MOOC et les flipped classrooms arriveraient certainement dans le peloton de tête.
Les MOOC, ce sont les « Massive open online courses », traduits plus récemment en français par « Cours en ligne offerts aux masses » ou « Cours en ligne ouvert et massif » (CLOM) ou encore « Formation en ligne ouverte à tous » (FLOT). Les flipped classrooms, en français « les classes inversées », sont venues, pour leur part, compléter l’arsenal des stratégies pédagogiques des enseignants de l’école fondamentale à l’enseignement supérieur en passant par l’enseignement secondaire. Ces deux révolutions sont, dans un premier examen, jugées complémentaires, l’une (les MOOC) étant portée par le mouvement d’externalisation des savoirs sur Internet, l’autre (les classes inversées) tentant de redonner du sens à une école dans laquelle la mission de transmission des savoirs semble déjà largement accomplie sur le Web. Dans les deux cas, on remarquera une présence forte des Technologies de l’information et de la communication (TIC), à la fois pour soutenir la transmission des savoirs à distance, pour favoriser les relations entre activités présentielles ou distancielles ou encore pour structurer les interactivités en classe.
Dans cet article, nous passerons tout d’abord en revue ces deux concepts en tentant de les inscrire dans leurs histoires entrelacées et en montrant encore une fois combien ces innovations techno-pédagogiques peuvent tout à la fois conduire à une émancipation pédagogique (innovations propulsées par les pionniers) ou à une fossilisation des pratiques (une fois récupérées dans les structures de l’éducation). Cette analyse permettra une mise en perspective de ces innovations – à la fois concepts, pratiques et outils – afin de dégager des tendances pour l’école de demain.
 
LA REVOLUTION NUMERIQUE
De qui se MOOC-t-on ?
Les Classes inversées : l’école à l’envers ?
Une systémique pour les classes inversées
Le côté clair et le côté obscur des TIC
L’hybridation, un chemin pour l’innovation à l’école ?
Des conclusions (provisoires) pour l’école de demain