PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Savoirs :

Accéder au site source de notre article.


Présentation de l’étude

L’avant-propos de ce document de travail vise à expliquer la publication du texte sous la forme d’une « mise en ligne » plutôt qu’une édition en version papier.
L’élément principal du document est constitué par une base de données répertoriant les références de livres consacrés à l’éducation de 1945 à 1995 (voir ci-dessous les modalités de la construction de la base).

Plusieurs raisons m’ont conduit à choisir la publication électronique.

Publier d’abord. La base de données constituée est, je pense originale, ne serait-ce que par la durée prise en considération – un demi-siècle. Il était donc normal que tout le travail effectué soit mis à la disposition de lecteurs et de chercheurs curieux, à seule fin qu’ils puissent rectifier peut-être, compléter et actualiser une base close avec l’année 1995. De la même manière les index lexicaux sont suffisamment fiables pour servir d’appui dans des comparaisons ultérieures.
Il restait à savoir si, à l’exception d’un texte d’explication sur la constitution de la base, sans lequel aucun travail complémentaire n’est possible (il est curieux que les bases, comme les bibliographies d’ailleurs, soient si souvent muettes sur leur constitution, sur les choix théoriques et techniques faits, si bien qu’on ne peut utiliser ces instruments qu’avec la plus grande prudence et réserve), des commentaires pouvaient être ajoutés. Finalement, ils me sont apparus aujourd’hui largement obsolètes.

L’ensemble du document maintenant proposé comprend 8.266 références et plus de 900 pages, index compris, ce qui a fortement pesé pour une édition électronique.

Un travail donc, qui a été conduit sur un très grand nombre d’années, qui peut sans doute être qualifié d’inachevé, avec ce que ce terme signifie de perspectives possibles.

Bonheur de l’invention d’Internet que bien des chercheurs utilisent : une technique qui autorise à communiquer, comme le montre si bien le courrier électronique, d’une façon moins conventionnelle, moins académique, plus éphémère, ce qui laisse alors au livre sa force et sa puissance séculaires de témoigner pour la postérité.

Répondre