PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In S’Molshemer blog – 10 décembre 2013 :

Accéder au site source de notre article.


…et restitués en ligne, via Facebook, dans le texte reproduit ci-dessous tel quel, dans son jus participatif :

"J’éprouve ce soir un grand bonheur !

Non, je ne suis pas à nouveau papi,
Non, je n’ai pas gagné au loto,
Non, je n’ai pas les grands titres dans la presse…

J’éprouve un bonheur immense à l’issue de la réunion du Conseil Participatif dédié à l’aménage-ment du temps de l ‘enfant. 

Il a finalisé plusieurs réunions, durant plusieurs mois.
Il a vu le projet se construire de réunions en ateliers, de réflexion en échanges, de questionnements en propositions. 

Un cheminement partagé, respectueux, interactif avec comme objectif ambitieux de mettre l’enfant dans un environnement-temps plus épanouissant.

Le dispositif est centré sur l’enfant et "son droit au temps" ; il a le mérite de répondre aux préoccupations des familles (il ne bouleverse pas l’organisation familiale et instaure la souplesse) ; il se veut cohérent (pas d’addition bricolée d’activités péri-éducatrices aux activités périscolaires). 

Au total, ce qui est privilégié c’est cette phase souvent difficile pour l’enfant de transition entre le temps familial et le temps scolaire.

Ainsi donc, il sera organisé un accueil à 8h, considéré comme le temps doux, avec des activités douces (musique , lecture , yoga etc.), relayé par le temps scolaire à 8h50. 

Ce temps privilégiera le bien être, la qualité des relations avec les autres.
C’est ce que les canadiens appellent les habiletés sociales qui sont au coeur du "vivre ensemble" et contribuent à l’éducation au Respect .

Tous les intervenants seront formés à une approche pédagogique .

Cet accueil de 8h à 8h50 n’est pas obligatoire et laisse le choix aux parents . 

Il y a donc à la fois le souci d’un projet de qualité pour les enfants, la prise en compte des réalités d’organisation des parents (les horaires appliqués dans l’école sont maintenus : 8h à 16h) et la complémentarité des temps de l’enfant et de ses rythmes nécessitant les phases d’accommodation d’apprentissage et les phases d’assimilation plus ludiques :

– temps familial,

– temps doux d ‘accueil,

– temps scolaire (l’essentiel des apprentissages se feront le matin de 9h à 12h),

– temps périscolaire (cantine et l’après 16h).

J’ajoute que j’ai proposé que le Crea puisse offrir des activités périscolaire le mercredi au VDE avec un ramassage scolaire depuis les autres écoles, en particulier pour les parents qui travaillent. 

Si je suis si heureux, c’est que ce que je vous synthétise plus haut ne vient pas du Maire, de l’adjoint ou d’un groupe d’élus. Mais c’est la proposition d’acteurs qui se sont reconnus et respectés dans leur spécificité et qui ont su travailler à un projet commun et fédérateur.

C’est l’ambition d’un projet éducatif concerté et global, où c’est l’enfant qui est premier et non l’institution !

Ce qui a produit ce projet, c’est une intelligence collective.
C’est exactement la vision que j’ai d’une démocratie exigeante, constructive, inventive !

Et ça MARCHE !

Une page y sera consacrée dans le prochain numéro du Kingersheim Magazine.

Jo Spiegel, Maire de Kingersheim (68).

Car c’est ainsi que ça se passe à Kingersheim (68), laboratoire permanent de la gouvernance participative. Et ce en des termes manifestement peu usités et encore moins expérimentés dans la 6e circonscription 67 en général, et à Molsheim en particulier, capitale locale de la démocratie ultra-représentative que l’on sait.

=> Bref, l’exemple d’une démarche haut-rhinoise sympathiquement atypique transmis, tant qu’à bien faire, à celles et ceux qui planchent actuellement (?) sur cette problématique dans la cité Bugatti, en guise de "coup d’oeil ailleurs", voire d’inspiration positive.

Répondre