PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Nous voici donc à deux semaines de l‘Université d’automne que cette Lettre de l’AFEF vous annonce régulièrement. Elle s’est fait l’écho de ses balbutiements, puis de sa problématique autour de « Écrire en classe : quelles compétences en français dans les disciplines ? », assortie d’une bibliographie, et enfin de son programme définitif. Si vous le consultez, vous y trouverez le déroulement précis et les orientations de chaque journée, ainsi que les finalités générales de l’Université d’automne.

Mais auparavant, permettez-moi de revenir sur ces finalités. Nous avons voulu faire de cet évènement qui se déroulera du 22 au 24 octobre à Lyon, non pas un aboutissement, mais une nouvelle étape de la dynamique dans laquelle s’est engagée l’AFEF. Laboratoires d’idées et rencontres-débats ont ponctué la réflexion que nous avons menée avec vous depuis quelques années. Il y a un an, nous avons essayé avec succès le format différent d’une journée d’ateliers sur le thème : « Quelle(s) formation(s) pour enseigner le français à tous les élèves ? » La lutte contre les inégalités (fil rouge de la réflexion de notre association et, selon nous, objectif national prioritaire) pose la question de la formation que reçoivent les enseignants pour prendre en compte cette dimension, et des modes d’accès des élèves au français dont ils ont besoin à l’école dans toutes les disciplines. Cette articulation est travaillée par la Recherche depuis plus d’une décennie, que ce soit par l’étude du rapport au savoir en milieu populaire (B. CHARLOT), par des recherches sur « le statut du langage dans les situations scolaires d’apprentissage » (LACES Univ Bordeaux), sur les « inégalités sociales de réussite scolaire et la manière dont elles se construisent » (ESCOL Univ Paris 8 & Paris-Est Créteil) ou encore par l’émergence du concept du français comme langue de scolarisation. Mais nous savons qu’il faut du temps avant que les effets des avancées scientifiques se fassent sentir dans les classes, et le rôle de l’AFEF a toujours été de diffuser et vulgariser (au sens le plus noble) les découvertes et préconisations de la recherche auprès des enseignants. 

C’est bien là le projet de notre Université d’automne, dont le thème souligne à quel point l’axe de l’écriture constitue un enjeu important pour l’école, comme le montrent des travaux récents. C’est ce que réaffirme le titre de la première journée :: « Écrire du côté des élèves. Écrire beaucoup, souvent, partout ». Comment les élèves s’y prennent-ils pour écrire dans les différentes disciplines ? Écrivent-ils assez en français ou ailleurs ? Quelles compétences langagières doivent-ils développer ? Cette question sera reprise le deuxième jour dans des ateliers qui les articuleront avec les compétences linguistiques requises pour écrire dans les disciplines, interrogeant aussi les pratiques d’écriture numérique. La troisième journée, plus centrée autour de la formation : « Quels espaces de formation reconstruire ? Pour quels choix dans les classes ? Quels savoirs et pratiques professionnels sont nécessaires pour accompagner les élèves dans leur diversité ? » laissera aussi un temps pour des propositions de l’AFEF sur l’enseignement. 

Par cette Université d’automne à laquelle nous vous invitons à nous rejoindre (si vous n’êtes pas déjà inscrits), l’AFEF entend poursuivre la dynamique dans laquelle elle s’est engagée, notamment en facilitant la création de groupes de travail dans différentes régions, aide précieuse à l’accompagnement des débutants et à l’évolution professionnelle, et en valorisant les différents partenariats dans lesquels elle est engagée, qu’ils soient associatifs ou plus institutionnels, en France et à l’international. Des collègues d’autres pays (Bénin, Gabon, Liban, Maroc) nous feront l’honneur d’être présents, permettant de croiser les points de vue francophones. Vous pouvez encore vous inscrire pour les 22-23-24 octobre, et nous contacter si vous souhaitez constituer un groupe AFEF  autour de vous. À très bientôt dans la dynamique de l’AFEF !

Viviane Youx

……………………..

Et, en guise d’introduction, à lire : « Travailler la langue des apprentissages scolaires« , un passionnant billet écrit par Sylvie Menet et Dominique Seghetchian. « Lors des rencontres d’été du CRAP-Cahiers Pédagogiques, un atelier, co-animé par une enseignante en mathématiques et une enseignante en français, était spécifiquement consacré à la construction de ce qu’il est (était ?) convenu de nommer « maitrise de la langue » à travers la mise en œuvre de langages disciplinaires. Il s’agissait d’aller au-delà du constat premier de la complexité, de l’attention au langage comme moyen d’instaurer dans la classe des conditions favorables, ou comme patrimoine à transmettre. Certaines attentes des participants, pourtant légitimes, ont été volontairement reportées à un éventuel atelier ultérieur : l’irruption de l’intime et du ressenti, comment rendre « les cours de grammaire moins rébarbatifs » ? L’enjeu était de commencer à baliser le champ de  la « maitrise de la langue » en adoptant non le point de vue de Mars ou les lunettes de tel ou tel spécialiste, mais le point de vue des apprentissages, de la maternelle au lycée et à travers différentes disciplines. » Lire le billet

Lire la suite : www.afef.org/blog/post-la-lettre-de-l-afef-n-a2-ctobre-2yaa-p1391-c14.html