PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Le café pédagogique – le 7 avril 2013 :

Accéder au site source de notre article.


Les fils de la sérendipité

Impressions de forum sur la route du retour lorsque la fatigue submerge de sa vague anesthésiante les émotions et les images, les mêlent dans un tableau pointilliste où chaque couleur devient partie de l’autre et ensemble du tout. En se haussant sur l’escalier de l’Hôtel de Région, on avait une vue plongeante sur les panneaux du forum. Dans l’avion du retour, au dessus de la mer de nuages, je me souviens de cette floraison de projets, ce mouvement perpétuel des idées et des paroles.

Je me souviens aussi et surtout de l’atmosphère de bienveillance, d’une arène où le taureau ne serait jamais mis à mort, d’une salle d’écho où les sons discordants deviendraient harmonie. Alchimie des idées qui étrangères les unes aux autres n’en sont pas moins familières, différences des individus, de leur origine, de leur métier, de leur façon de le vivre et pourtant, tant de notes communes qui donnent au final aux branches foisonnantes de l’innovation un air de composition florale, de jardin tropical.

Chaque forum possède son ton, chaque forum voit germer une idée fédératrice, un fil rouge entre les panneaux hétérogènes dans la cour miraculeuse de l’ingéniosité pédagogique. Cette année sans doute, le droit de se tromper, d’expérimenter, de revenir en arrière et l’intelligence collective seront ces jolis fils que l’on ne se lasse pas de suivre. Le droit de se tromper, c’est oser, tenter des expériences, admettre l’erreur chez les élèves et admettre la sienne, désacraliser l’omnipotence du savoir pour entreprendre une marche ouverte à la découverte, à l’inconnu.

« Rendons-nous disponibles à l’inconnu » proclamait l’affiche du formidable projet « Prof Lab » de Julien Gouriou. Ce slogan, qui pourrait être celui du forum, n’est pas un appel au n’importe quoi ni au n’importe commun. Il clame la nécessité de ne pas se conformer absolument au modèle ancien, au carcan qui cadenasse les œillères et empêche d’envisager les angles morts. Pour explorer sans se perdre, la nécessité d’un cap, d’un objectif s’impose. Pour l’atteindre, l’existence de voies multiples offre à l’apprentissage une liberté où chacun peut puiser pour trouver la clé des savoirs. Le forum montrait aussi cela : les enseignants innovants s’arment souvent de références scientifiques et pédagogiques pour construire un projet dont la solidité garantit d’autant mieux la réussite des élèves.

Apprendre à s’aventurer, à puiser dans l’intelligence collective les ressources pour élaborer et faire vivre son initiative : le forum a adopté la sérendipité. A l’approche de l’aéroport, l’amitié pédagogique gomme sur le thermomètre les degrés qui manquent au printemps. La sérendipité c’est cela aussi : saisir au vol les idées et poser les siennes dans l’arène apaisée des réflexions multiples, se souvenir à l’heure du retour que les fils déployés lors du forum restent intacts et s’enrichiront encore des échanges à venir. Le forum est une histoire de fraternité pédagogique qui est loin encore d’écrire le mot fin à son générique.

Monique Royer

Répondre