PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In la CAF :

Accéder au site source de notre article.


Le bien-être de l’enfant est devenu une référence pour l’élaboration et l’évaluation des politiques publiques.
Ce nouveau paradigme est sans doute encouragé par la Convention sur les droits de l’enfant, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies en 1989 qui pose le principe de la notion d’intérêt supérieur de l’enfant. Elle fédère les États du monde autour d’une volonté d’assurer la protection de l’enfant et de le reconnaître comme un sujet de droits. Une illustration de cette prise en compte en matière de politiques sociales est l’attention particulière portée aux questions de pauvreté. Celles-ci ont connu ces dernières années plusieurs inflexions qui mènent à faire de la pauvreté des enfants un objectif européen d’orientation des politiques publiques. La justification d’une telle focale repose notamment sur de nombreuses études économiques et sociales qui montrent les conséquences sur l’avenir des jeunes adultes d’une enfance passée dans la pauvreté.
L’objectif de ce numéro d’
Informations sociales est de questionner les fondements de la prise en compte de l’intérêt de l’enfant dans les politiques sociales, ainsi que leur traduction en actes. Cette question interroge plus globalement le statut de l’enfant dans nos sociétés, l’image de la fonction parentale et le rôle de l’action publique en terme de prise en charge des enfants. Ainsi, les choix effectués par les pouvoirs publics peuvent se révéler particulièrement ambigus et certains objectifs publics, comme l’intérêt de l’enfant et de l’égalité des sexes, peuvent parfois se révéler concurrents, voire antagonistes. Dans un premier temps ce numéro questionnera la notion même de bien-être de l’enfant et ses implications sur la construction d’indicateurs, la manière même de penser l’enfance et les rôles parentaux. Dans un deuxième temps on s’intéressera à la manière d’intégrer le point de vue de l’enfant dans les politiques sociale. Enfin, l’analyse d’exemples de politiques sociales, telles que celles concernant les mères isolées, les politiques de conciliation travail/famille ou encore la protection de l’enfance, au prisme de l’intérêt de l’enfant, constitue la troisième partie de ce numéro.

Répondre