PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Scoop It – le 22 juillet 2013 :

Accéder au site source de notre article.


Le système éducatif français est souvent stigmatisé sur ses faiblesses et je veux bien reconnaitre que ce blog contribue à cette tendance sur la base des comparaisons internationales. Il ne faut pas non plus se voiler la face, les problèmes en France sont bien réels. Cependant, j’aimerais à travers cet article regarder les choses sous un angle résolument plus optimiste et attirer votre attention sur 5 statistiques où la France s’en sort particulièrement bien dans les comparaisons internationales par rapport à ses voisins de l’OCDE.

1ère statistique positive : la France a une école maternelle ouverte au plus grand nombre et financée principalement par des fonds publics.

La France fait partie des quelques pays de l’OCDE où la quasi majorité des enfants est déjà scolarisée à l’âge de 3 ans. C’est en Belgique, en Espagne, en France, en Islande, en Italie, en Norvège et en Suède que les taux de préscolarisation sont les plus élevés à l’âge de 3 ans : plus de 90 % des enfants de cet âge y sont préscolarisés.

Similairement, selon la moyenne calculée tous pays de l’OCDE confondus, plus de trois quarts des enfants de quatre ans (79 %) sont préscolarisés. À cet âge, le taux de préscolarisation est de quasi 100% en France alors qu’il est inférieur à 60 % en Australie, au Brésil, au Canada, en Finlande, en Grèce, en Indonésie, en Pologne, en Suisse et en Turquie… 

De plus, le financement est essentiellement public en France, ce qui est un gage solide d’équité sociale. Les fonds privés représentent en moyenne 18 % du financement des écoles maternelles dans l’OCDE contre seulement 6% en France. A titre indicatif, les fonds privés représentent plus de 25 % en Allemagne, en Argentine et en Autriche, et même plus de  48 % du financement total en Australie, en Corée et au Japon.

Avoir une école maternelle bien structurée et qui accueille les enfants le plus tôt possible est un atout. Surtout lorsque l’on sait que les élèves âgés de 15 ans qui ont été préscolarisés ont obtenu de meilleurs scores aux épreuves PISA que ceux qui ne l’ont pas été, même après contrôle de leur milieu socio-économique,

2ème statistique positive : les enseignants du primaire et secondaire sont en moyenne plus jeunes en France que dans de nombreux pays européens et de l’OCDE.

Contrairement à l’idée reçue, les enseignants français sont plus jeunes que dans la plupart des pays de l’OCDE (et notamment européens). En moyenne, dans les pays de l’OCDE, 42 % des enseignants du primaire ont moins de 40 ans (contre 49 % en France). Dans l’enseignement secondaire, en France et dans seulement 13 autres des 32 pays de l’OCDE ou des autres pays du G20, 39 % au moins des enseignants en poste dans l’enseignement secondaire ont moins de 40 ans (voir le graphique D5.1 ci-dessous extrait de regards sur l’éducation)…

Répondre