PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Note d’information n° 13.16 août 2013-DEPP-MEN :

Accéder au site source de notre article.


En février 2012, sept mois après leur sortie de formation professionnelle ou technologique en lycée, 48 % des lycéens ont un emploi. Les autres sont au chômage ou inactifs. La situation d’emploi reste proche de celle observée depuis 2009, et bien moins favorable que celle observée avant la crise de 2008.
Le diplôme demeure toujours déterminant dans l’insertion des jeunes : seuls 21 % des sortants sans aucun diplôme et 29 % des  titulaires du diplôme national du brevet sans autre diplôme travaillent.
Le taux d’emploi varie fortement d’une académie à l’autre, en lien avec le contexte économique local et les différences de niveau de formation des sortants

EXTRAIT

LES JEUNES SORTANTS DE LYCÉE SANS EMPLOI ET N’EN CHERCHANT PAS : ATTENTE D’UNE AUTRE FORMATION POUR LA MAJORITÉ D’ENTRE EUX
L’inactivité recouvre les jeunes en stage et c eux qui n’ont pas d’emploi et n’en recherchent pas. 13 % des jeunes sortants de lycée sont inactifs : 5 % sont en stage et 8 % sont sans emploi sans en rechercher un. L’inactivité est la plus forte pour les jeunes sans diplôme de l’enseignement secondaire : 28 % des sortants sans aucun diplôme et 24 % des détenteurs du seul brevet sont inactifs.
Pour ces deux catég ries, 10 % des jeunes sont en stage et respectivement 17 % et 14 % n’ont pas d‘emploi et n’en cherchent pas. La proportion d’inactifs est la plus faible pour les plus diplômés : 6 % après un BTS (2 % en stage et 4 % sans emploi et sans recherche)
Quel que soit le diplôme, la raison principale de l’inactivité des jeunes sortants de lycée est l’attente d’une autre formation
(47 % des raisons citées), surtout pour les garçons (52 %, contre 43 % pour les filles) ainsi que pour les lycéens possédant un baccalauréat technologique (58 %). La deuxième raison de l’absence d’emploi et de recherche d’emploi la plus souvent citée diffère selon que l’on est un garçon ou une ille. Pour les filles, il s’agit de l’attente d’un événement personnel, comme la naissance d’un enfant (27 %), su rtout pour les filles les moins diplômées (34 à 36 % pour celles ayant au plus un CAP ou un BEP), tandis que pour les garçons il s’agit souvent d’une autre raison que celles détaillées dans l’en quête (25 %). Cette autre raison est souvent l’attente d’un recrutement à l’armée ou la préparation d’un concours. Les voyages à l’étranger et l’attente de l’obtention du permis de conduire sont aussi des réponses qui reviennent régulièrement parmi les autres raisons
Categories: UNIVERSITES D'ETE

Répondre