PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In VousNousIls – le 6 juin 2014 :

Accéder au site source de notre article.


Les conseils d’école de Lyon ont adopté ven­dredi à une très courte majo­rité la nou­velle orga­ni­sa­tion du temps sco­laire pro­po­sée par la muni­ci­pa­lité, le regrou­pe­ment des acti­vi­tés péri­sco­laires le ven­dredi après-midi ayant sus­cité de vifs débats.

"Sur 166 conseils d’école, 81 se sont expri­més favo­ra­ble­ment par rap­port à la pro­po­si­tion de la ville de Lyon, soit 50,9%, et 78 se sont pro­non­cés contre", a annoncé Anne Brugnera, l’adjointe char­gée de l’Education, lors d’une confé­rence de presse.

Six conseils d’école ont été consi­dé­rés comme "neutres", ayant enre­gis­tré autant de votes pour que contre, et un der­nier n’a pas par­ti­cipé au vote. Le résul­tat de la consul­ta­tion a été trans­mis à la rec­trice de l’académie, qui devrait don­ner son avis "dans le cou­rant de la semaine prochaine".

En sep­tembre, si la pro­po­si­tion de la Ville est vali­dée, les écoliers auront donc classe, comme aupa­ra­vant, les lundi, mardi et jeudi, de 8H30 à 11H30, puis de 13H30 à 16H30. Ils auront en plus école le mer­credi matin de 8H30 à 11H30 tan­dis que les trois heures de temps péri­sco­laires seront regrou­pées le ven­dredi après-midi de 13H30 à 16H30. Organisation qui met à pro­fit les assou­plis­se­ments intro­duits par le décret Hamon.

"Il s’agit là d’une majo­rité courte. Et les débats des conseils d’école ont mon­tré des avis assez tran­chés, sou­vent contra­dic­toires et qui dépas­saient fré­quem­ment notre pro­jet local", a estimé l’élue.

La FCPE du Rhône avait notam­ment affirmé, à la mi-mai, son oppo­si­tion à la nou­velle orga­ni­sa­tion du temps sco­laire pro­po­sée à Lyon, qua­li­fiée de "contre-sens éduca­tif, bien éloi­gné de l’esprit de la réforme".Des maires du dépar­te­ment doivent se ras­sem­bler, samedi matin, devant le rec­to­rat à Lyon pour récla­mer le report d’un an de la réforme, voire son abro­ga­tion pure et simple.

A Lyon, la phase sui­vante sera celle du recru­te­ment des ani­ma­teurs, qui seront au total 1.600 et dont 50% devront être titu­laires d’un Bafa notam­ment, puis celle de la pré­ins­crip­tion pour les parents le 17 juin, a indi­qué Mme Brugnera.

Le taux d’encadrement est de 1 pour 14 en mater­nelle et 1 pour 18 en élémen­taire, pour un taux escompté de fré­quen­ta­tion de 60% et de 75% res­pec­ti­ve­ment. Un peu plus de 37.000 élèves à Lyon sont concernés.

En fonc­tion du nombre d’enfants ins­crits, il est prévu entre 90 et 100 accueils de loi­sirs dans les écoles lyon­naises, avec autant de direc­teurs à recruter.

Les pro­grammes seront établis à par­tir de games d’activités pro­po­sées par le milieu asso­cia­tif et ins­ti­tu­tion­nel de la ville, a pour­suivi l’adjointe, pré­ci­sant que "toutes les acti­vi­tés se feront dans l’école ou autour".

En fonc­tion du quo­tient fami­lial, le coût des acti­vi­tés du ven­dredi après-midi variera de 20 cen­times à 2 euros de l’heure pour les parents. C’est "moins cher que dans d’autres villes qui sont trois fois plus chères", a fait valoir l’élue.

Répondre