PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly
Dans une Note d’information parue en novembre 2015, la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) comptabilise, à la rentrée 2015, dans les écoles publiques et privées, 6 805 200 élèves, soit une hausse de 16 700 par rapport à la rentrée précédente. Mais, le fait le plus marquant est la baisse importante du taux de redoublement.
 
La DEPP précise que « les taux de redoublement en élémentaire dans l’enseignement public, qui avaient marqué une faible hausse en 2014, sont en forte baisse en 2015 à tous les niveaux. En CP, le redoublement passe de 3,1 % à 2,2 % en 2015. La baisse la plus marquée concerne le CE1 dont le taux descend à 1,9 % après avoir atteint 3,4 % en 2014. Les taux de redoublement en CE2, CM1 et CM2, déjà faibles, diminuent quasiment de moitié par rapport à la rentrée 2014. »
 
 
(Source : DEPP)
 
L’école élémentaire accueille 27 300 élèves supplémentaires, soit une hausse de 0,7 % qui s’explique par une démographie favorable. Cependant, l’enseignement préélémentaire compte, lui, 11 300 élèves de moins, soit une diminution de 0,4 %.
 
On s’éloigne ainsi des objectifs du ministère de l’Education nationale en faveur de la scolarisation des enfants de moins de trois ans. D’ailleurs, le taux de scolarisation des enfants de deux ans diminue très légèrement avec 11,5 % des enfants de cet âge scolarisés.
 
Avec 46 400 écoles publiques et 5 300 écoles privées en 2015, le nombre d’écoles diminue de 480 par rapport à 2014. Cette diminution ne concerne que les écoles publiques. En revanche, « le nombre d’écoles privées augmente de 0,9 % : la baisse du nombre d’écoles privées sous contrat (- 34 écoles) est compensée par la hausse des écoles hors contrat (+ 81 écoles). »
 
La DEPP précise que le nombre d’écoles à une seule classe diminue dans le secteur public, passant de 4 280 écoles en 2014 à 4 120 en 2015.
 
Près de la moitié des élèves du secteur public sont scolarisés dans une classe multiniveaux, en particulier dans l’enseignement préélémentaire. En milieu rural, les classes multiniveaux concernent les trois quarts des élèves, tandis qu’en zone urbaine, les classes à niveau unique dominent.