PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Réunion de travail très intéressante ce mardi 31 mars avec la Région Pays de la Loire, au sujet des lycées. Les participants étaient Dominique Roynette, directrice de la communication, Marion Laporte, chargée de mission Design, Jean-Charles Ringard, directeur de l’Education, Romain Thévenet, chargé de mission design à la 27e Région, et moi-même. Nous examinions ensemble la possibilité de mener une première expérience en résidence, à l’image de celle que nous conduisons déjà au lycée Jean Moulin à Revin, avec la Région Champagne Ardennes.

Comme dans toutes les régions, la question des lycées est essentielle ; c’est, de plus, l’un des plus importants budgets des Régions (400 millions d’euros en Pays de la Loire de 2006 à 2010).

Un lycée différent, à penser différemment

A son arrivée en 2004, la nouvelle majorité a proposé de réviser en profondeur la façon dont la création ou la rénovation des lycées était conçues. Jean-Charles Ringard a du totalement revoir le fonctionnement en vigueur. Pas de changement sans concertation, tout d’abord : un groupe de suivi des usagers, réunissant 15 à 20 personnes représentant la communauté éducative, est dorénavant mis en place le temps du projet, et il suit les travaux. Un comité de pilotage est constitué pour tous les chantiers « lourds ». Création d’un schéma directeur fonctionnel, ensuite : l’idée consiste à voir le lycée comme un processus complexe, qu’il faut penser dans son ensemble (quelle est l’incidence de la rénovation d’un internat sur le reste de l’établissement, par exemple ? comment repartir de la façon dont vivent les internes pour repenser l’impact sur le fonctionnement du lycée ?). La définition de priorité en matière de rénovations, également : en l’occurrence, les élus souhaitent dorénavant privilégier le lycée professionnel, mettre l’accent sur la vie sociale des jeunes, sur la place de l’internet dans l’établissement, sur les conditions de vie des enseignements et des agents, ou encore sur le développement durable et les enjeux énergétiques. Enfin, la Région souhaite une bonne concertation avec le Rectorat, avec le corps enseignants, les architectes des services de l’Etat, etc.

Si l’objectif central demeure d’améliorer la réussite scolaire des lycéens, les enjeux qui traversent le lycée sont de plus en plus nombreux : Comment amener le lycée à l’éco-responsabilité ? (Fin octobre prochain, il est prévu de lancer une démarche visant à tester des premières démarches en janvier 2010 et à proposer un accompagnement, facteur clé d’un tel projet ; à noter que les CFA devraient également être l’objet d’Agendas 21) ; Comment penser les fonctions du lycée aujourd’hui et demain ? l’accueil, l’internat, le CDI, un pôle scientifique, un positionnement international, etc ?

En fait, le lycée est la partie visible d’un processus complexe, dans lequel l’architecture et l’aménagement des espaces sont essentiels (et souvent en échec), mais pas suffisants pour saisir la vie au lycée du point de vue de l’expérience du lycéen, du professeur, du parent d’élève… c’est cette expérience globale qu’il faut comprendre, du moment où l’élève prend le bus jusqu’à son retour à la maison, des dimensions physiques aux dimensions immatérielles, culturelles et sociales, du fonctionnement du lycée jusqu’à son insertion dans la ville et la société, etc.

De nouveaux lycées programmés

La Région Pays de la Loire va devoir traiter de tous ces enjeux et de bien d’autres encore dans quatre nouveaux lycées programmés : l’un est en pré-programme à Pornic, et trois autres projets vont être lancés, en particulier à à Clisson en 2013, à Beaupréau en 2014 et sur l’île de Nantes en septembre 2014. Toutes ont des résonances territoriales fortes : Clisson accueillera 600 lycéens en enseignement professionnel, bâtiment respectant les normes d’éco-construction, etc ; l’établissement de Beaupréau, qui passe par un travail intensif avec la communauté de communes et dont le rôle en termes d’aménagement du territoire sera important ; l’établissement prévu sur l’île de Nantes, enfin, particulièrement emblématique : un projet à 66 millions d’euros, 1 400 élèves, avec un effort tout particulier en matière de handicap, à vocation tertiaire et tout spécialement tourné vers l’international (BTS trilingue, internat ouvert toute l’année, etc)

Alors, que pourrions-nous faire ensemble ? Les propositions sont nombreuses et tout à fait réjouissantes. Jean-Charles Ringard nous propose d’expérimenter un travail d’immersion dans l’un ou plusieurs de ces projets dans le cadre de Territoires en Résidences, mais aussi de prendre part à un séminaire de prospective sur le lycée du XXIe siècle, qui devrait notamment associer l’Ecole de Design Nantes Atlantique, ou encore le GERS. L’objectif donné à ce groupe est de faire le « saut créatif » afin d’imaginer les scénarios les plus innovants. Il s’agit aussi d’imaginer les conséquences de ces nouvelles approches sur les cahiers des charges, et sur la façon de faire évoluer les critères d’évaluation des projets de nouveaux établissements ou de rénovation.

Prochaine étape : la commission Education de la Région Pays de la Loire, ou nous serons invités à présenter nos expériences au sein des lycées.

Lire la suite : http://blog.la27eregion.fr/Pays-de-la-loire-des-lycees