PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

LE PROJET EDUCATIF LOCAL au service de la cohérence, de la continuité et de l’équité éducatives.

La référence au Projet éducatif local repose sur une conviction portée depuis de nombreuses années par le mouvement de l’éducation populaire qui a forgé le concept de « coéducation ».
Cette conviction, c’est que l’Education est l’affaire de tous, jeunes, parents, enseignants, professionnels, acteurs associatifs, élus, acteurs économiques, institutions selon des responsabilités et des rôles différentiés mais complémentaires et en interaction permanente.

L’Education est donc bien une responsabilité partagée.

Comme mon propos sera fortement enrichi par les apports des autres intervenants, je m’attacherai à rappeler plusieurs grands principes qui me semblent essentiels pour qu’une dynamique partenariale puisse émerger et s’inscrire dans la durée. Ces principes définissent en quelque sorte le cadre du Projet éducatif local.

1. Sortir d’une conception scolaro centrée et cloisonnée de l’Education.
2. Penser l’action publique dans le champ éducatif en termes de cohérence, de continuité et d’équité à l’échelle locale d’une part et également à une échelle plus large (l’intercommunalité, le département, la région, la France, l’Europe…). Il est important de s’inscrire dans une perspective de mobilité géographique et sociale de notre jeunesse.
3. Promouvoir une conception globale et transversale de l’action éducative qui seule permet d’agir sur tout le spectre éducatif et de prendre en compte toutes les dimensions qui contribuent à l’éducation d’un jeune.1
4. Affirmer le principe d’une indispensable coopération entre l’Ecole et les autres acteurs (jeunes, parents, institutions, associations, mouvements pédagogiques, professionnels de santé, travailleurs sociaux, syndicats …) ayant une empreinte éducative.
5. Définir (avec les institutions et les acteurs concernés) ce qui relève du champ de l’éducation partagée et entre donc dans le périmètre du projet éducatif local.
6. Impulser une « coproduction éducative » qui s’appuie sur des projets éducatifs de plein exercice, c’est-à-dire porteurs de toutes les dimensions de l’action éducative à l’échelle d’un territoire donné et mobilisant l’ensemble de la communauté éducative avec une mutualisation des ressources humaines et des concours financiers disponibles, chaque acteur étant identifié, ses missions ainsi que leur complémentarité avec celles des autres reconnues.
7. Faire du projet éducatif avec son territoire de référence, le cadre incontournable pour définir et mettre en oeuvre une politique éducative locale sur des valeurs et des finalités partagées. 2
8. Doter les projets éducatifs locaux d’une assise juridique solide et pérenne avec les outils de gestion indispensables à une autonomie d’action. On peut par exemple s’inspirer des projets de réussite éducative de la loi de programmation pour la cohésion sociale de 2005 (structure juridique porteuse) et créer des établissements publics de coopération éducative (en privilégiant l’échelle intercommunale).

Essai de définition

« Le projet éducatif local constitue le cadre dans lequel l’ensemble des institutions et des acteurs qui concourent à l’éducation définissent, organisent et mettent en oeuvre, sur des valeurs et des finalités partagées, une politique éducative à l’échelle d’un territoire.
Il se situe par principe dans la sphère de l’action publique avec les valeurs qui la fondent.
Il prend en compte les différentes dimensions du développement de l’enfant et du jeune y compris celle de la citoyenneté et veille à ce que sa mise en oeuvre s’inscrive dans une approche globale de ce développement.
Il fédère l’ensemble des initiatives qui contribuent à la réussite de tous les enfants et les jeunes.
Il organise la continuité et la cohérence éducatives entre les différents temps de l’enfant et du jeune, entre les différents lieux où ils vivent également.
Il associe les parents et plus largement la communauté éducative à l’atteinte de ses objectifs.
Il structure et valorise la cohérence et la complémentarité des activités organisées dans le cadre du projet d’école ou d’établissement avec les initiatives des collectivités territoriales, les propositions des associations dont celles de l’éducation populaire et les concours d’autres catégories d’acteurs y compris ceux du monde économique. »

Une question

Plus de 130 ans après l’adoption des lois Ferry qui ont institué, entre 1881 et 1882, l’Ecole de la République ; plus de 30 ans après les lois de décentralisation qui ont considérablement accru, entre 1981 et 1983, la responsabilité et le rôle « éducatifs » des collectivités territoriales ; plus de vingt-cinq ans après la loi d’orientation sur l’éducation du 10 juillet 1989 qui a fait de l’éducation la première priorité nationale et a mis l’élève au centre du système éducatif, un an après l’adoption de la loi pour la refondation de l’école de la République, le temps n’est-il pas venu de prendre une grande initiative nationale concernant le champ de l’Education partagée ?
Le temps n’est-il pas venu d’allier au lieu de les séparer, l’Ecole et tous les autres lieux et temps où les enfants et les jeunes vivent et apprennent aussi ?
Le temps n’est-il pas venu de penser l’éducation comme un processus global et continu tout au long de la vie, un processus qui ne s’arrête pas aux portes de l’Ecole ?
Le temps n’est-il pas venu, d’engager la dynamique qui permettra de réussir la Refondation dont l’Ecole est le coeur ?

1 Tout ce qui contribue à l’apprentissage du « vivre ensemble » et toutes les formes de coopération entre les différents acteurs concernés y compris les jeunes doivent être encouragés.
2 Le PEL ne peut être une simple réédition de dispositifs antérieurs tels que le contrat éducatif local (CEL) qui déjà en 2000 était présenté comme constituant « le contrat fédérateur des politiques éducatives » et devait « être généralisé en élargissant son champ d’application à toutes les actions entrant dans le cadre de l’éducation partagée. » Il doit être mieux défini avec les ambitions qu’il porte sur tous les temps de la vie du jeune.

Categories: UNIVERSITES D'ETE

Répondre