PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

L’évaluation doit devenir un véritable outil de réussite qui permette à tous les élèves de mieux mesurer les progrès qu’ils réalisent dans leurs apprentissages, de prendre confiance dans leurs capacités et d’identifier leurs difficultés pour y remédier.

Afin de nourrir la réflexion et de définir des objectifs, des principes et des modalités partagés par les élèves, les familles, les enseignants et les équipes pédagogiques, la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, souhaite recueillir une série de propositions émanant de la société civile.

La Conférence nationale sur l’évaluation des élèves est une démarche originale, ambitieuse et participative. Un Jury, composé d’acteurs et d’usagers du système éducatif, est convié à élaborer des recommandations fondées sur les résultats de la recherche, les connaissances scientifiques, et les pratiques de terrain, nationales et internationales. Un Comité d’organisation a été constitué pour accompagner cette démarche, qui s’achèvera par les Journées de l’évaluation, du 11 au 13 décembre 2014. À l’issue de ces Journées, le Jury remettra ses recommandations à la ministre.

Les questions soumises à la Conférence nationale sur l’évaluation des élèves

Question 1 : Comment l’évaluation peut-elle être au service des apprentissages des élèves et participer à leurs progrès ?

L’évaluation a différentes fonctions : estimer les connaissances et compétences des élèves, diagnostiquer leurs difficultés, mesurer ce qu’ils ont appris à la fin d’une phase de formation, accompagner leur progression, certifier l’acquisition de connaissances et de compétences par la réussite aux examens. Si l’évaluation est ainsi au cœur des pratiques enseignantes, elle n’aide qu’insuffisamment les élèves à comprendre et apprendre de leurs erreurs, et à identifier leurs progrès. Une évaluation bien comprise et encourageante est pourtant l’une des clés de la réussite scolaire.

Quelques axes de réflexion :

Comment l’évaluation peut-elle renforcer la capacité des enseignants à adapter leur enseignement aux besoins des élèves ? Comment peut-elle leur permettre de s’assurer des effets durables de leur enseignement et de la progression régulière des élèves ? Comment associer les élèves à la démarche d’évaluation ? Comment mieux valoriser leurs progrès et tenir compte de la progressivité des apprentissages ?

Décryptage par Michel Quéré, Président du comité d’organisation et recteur de l’académie de Rennes

Question 2 : Comment rendre compte aux familles des progrès des élèves ?

Informer les familles est indispensable pour que les parents puissent accompagner et soutenir leurs enfants dans leur scolarité. Livret scolaire, livret de compétences, conseils de classe, réunions parents-professeurs, « contrôles » à signer : les résultats des élèves sont au cœur des échanges entre l’école et les parents. Mais les parents n’ont pas toujours le sentiment de comprendre « où en est » leur enfant, ses difficultés éventuelles et comment y remédier. En outre, tous ne disposent pas des mêmes ressources pour appréhender les « codes » de l’école, son langage, ce qui est attendu de leur enfant et d’eux-mêmes.

Quelques axes de réflexion :

Comment l’école peut-elle mobiliser les évaluations pour mieux rendre compte aux familles des progrès des élèves et pour réduire les inégalités face à l’école et dans l’école ? Quels outils peuvent faciliter le dialogue école-familles, favoriser l’implication des parents dans la scolarité de leurs enfants et rendre compréhensibles les exigences de l’école ?

Décryptage par Frédéric Thollon,  Inspecteur général de l’Éducation nationale

Lire la suite : http://www.conference-evaluation-des-eleves.education.gouv.fr/pourquoi-une-conference-sur-levaluation-des-eleves