PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In APIGEN – Association Professionnelle de l’Inspection Générale de l’Education Nationale :

Accéder au site source de notre article.


Sommaire

Présentation
Interventions

Première partie :

-­? De l’enfance à l’âge adulte : quelles jeunesses ?
Par l’INJEP
-­? Adolescence et autorité
Par le professeur Daniel Marcelli
-­? Les leçons du périscolaire
Par Eric Favey

Deuxième partie :

Première table ronde : Nouveaux élèves, nouvelles pratiques

Introduction par Robert Chapuis

Intervenants :

• Françoise Clerc
• Anthony Lozach
• Janine Nahmias
• Alain Ricci
• Jean Lambret
• Marc Gibert-­?Guerber

Deuxième table ronde : Comment aider aujourd’hui les élèves à s’orienter ?

Introduction par Michel Pérez

Intervenants :

• Aziz Jellab
• Pascal Charvet

Des pistes pour un ordre du jour éducatif commun et partagé

Il faut déjà accepter que l’éducation soit une responsabilité partagée, éducation globale comme éducation scolaire.
Depuis 20 ans cette conscience là a beaucoup progressé.
Mais l’Ecole tente souvent de vouloir s’arroger encore la primauté de la tâche.
C’est la desservir que de lui confier la mission unique ou majoritaire de cette tâche.
Si l’Ecole doit retrouver et affirmer sa singularité c’est dans la nature publique de sa mission essentielle de structuration des savoirs maintenant produits et diffusés à profusion et qu’il faut apprendre à valider, organiser et utiliser pour penser, être et faire.
C’est d’un autre temps des alliances dont l’Ecole a besoin pour contribuer à faire grandir dans l’égalité, la liberté et la fraternité tous les enfants résidant dans notre pays.
Une alliance renouvelée avec les parents et avec les autres acteurs de l’éducation, institutionnels ou associatifs.Mais trois préalables devront sans doute être réunis pour que cette alliance devienne réalité :

-­? que l’Ecole soit juste et inclusive et qu’en conséquence nous abandonnions le modèle de la fabrique des meilleurs sur lequel elle demeure encore fondée.
C’est de notre point de vue le sens qu’il faut donner à une refondation de l’Ecole avec les conséquences indispensables d’une transformation de ses contenus, de ses pratiques et de son fonctionnement
-­? que soient enfin reconnues des politiques éducatives territoriales qui incluent les projets d’Ecole et prennent en compte la globalité éducative
-­? que soit pensée, conçue et reconnue l’articulation nécessaire entre l’éducation initiale (scolaire et non scolaire) et la formation tout au long de la vie avec les conséquences sur la scolarité et un droit véritable à la formation différée et récurrente.

Voilà quelques pistes à partir de trop rapides constats sur ce que sont et vivent les élèves de 2012. Ils sont avant toute chose les
contemporains d’une époque qui s’échappe vers un autre monde qu’il nous appartient de continuer à bâtir avec eux.
C’est le temps des transitions : elles sont pour la plupart culturelles. Si nous devons n’avoir qu’une conviction dans ces temps incertains c’est de tout faire pour nous persuader que cette époque est passionnante pour les éducateurs, les enseignants, les passeurs de culture parce qu’elle appelle l’imagination et la coopération, l’enthousiasme refondateur avec comme horizon de donner à tous les enfants et les jeunes des raisons d’espérer d’eux mêmes et des autres, de comprendre le caractère indissociable du souci de soi et du souci des autres.
Bref de leur permettre de construire leurs réponses à la grande question posée par le poète haïtien Lionel Trouillot dans son dernier livre « la belle amour humaine » : « qu’allons nous faire de notre présence au monde ?».

Répondre