PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche – novembre 2005 :

Accéder au site source de notre article.


Avant-propos

Initiée alors que les politiques en faveur de la jeunesse relevaient du ministère de l’éducation nationale, cette étude du fonctionnement des contrats éducatifs est intéressante à plus d’un titre. Abordant un domaine périphérique à l’Ecole, elle permet, en premier lieu, de mesurer, de façon concrète, la difficulté de mettre en œuvre une approche globale de l’éducation : difficulté liée tout autant aux différences d’objectifs poursuivis par chacune des parties prenantes qu’à la faible volonté de complémentarité entre l’Ecole et son environnement et à la multiplicité des acteurs et des partenaires.

 

La finesse du constat permet aussi d’illustrer, sur une dimension méconnue, le clivage existant entre le rural et l’urbain : alors qu’en zones urbaines, les contrats éducatifs locaux, souvent articulés avec la politique de la ville, ont avant tout pour objectif d’améliorer les résultats scolaires des élèves et leurs comportements dans la vie en société, dans le milieu rural, ils ont pour but premier de rompre l’isolement des jeunes. Leurs modalités d’organisation sont également dissemblables.

 

Le troisième enseignement que l’on peut retirer de cette étude, c’est la faiblesse de l’évaluation de ce type de politique. La satisfaction ou l’insatisfaction exprimées par les acteurs et les partenaires sur le dispositif et sa mise en œuvre ne sauraient remplacer une véritable réflexion critique et constructive sur les actions conduites. La faiblesse du taux de réponse à cette enquête par rapport aux taux habituellement constatés dans les enquêtes conduites par la DEP est, à cet égard, éclairant : plus de la moitié des parties prenantes, quel que soit leur statut, n’adhère pas à la démarche d’évaluation.

 
 

SOMMAIRE

SYNTHESE

 

INTRODUCTION

 

A- Le contexte de l’étude

 

B- La méthodologie de l’étude

 

1. L’objet de l’étude

 

2. Le corpus à étudier

 

3. Les acteurs interrogés

 

4. Les modalités de passation des questionnaires

 

C- Les résultats de l’étude

 

1. Les taux de retours

 

2. Le suivi de l’étude

 

3. Le plan du rapport

 

I- LES PROTAGONISTES DES CEL

 

1. Les coordonnateurs

 

2. Le groupe local de pilotage

 

3. Les intervenants

 

4. Les collèges associés

 

5. Les communes ou territoires d’implantation des CEL

 

II- LA REPONSE AUX BESOINS EDUCATIFS

 

A- La démarche des CEL

 

1. La connaissance des demandes des jeunes

 

2. La prise en compte de ces demandes

 

B- Les jeunes bénéficiaires du CEL

 

1. Le nombre total de jeunes par CEL

 

2. Les caractéristiques des jeunes

 

C- La conformité des actions aux exigences d’un CEL

 

1. Les actions proposées : un choix large, mais sans dispersion

 

2. Les objectifs

 

3. Les critères d’évaluation des actions

 

4. L’association des jeunes et des parents au projet d’action

 

5. Les autres domaines d’intervention du CEL

 

III- LA POLITIQUE EDUCATIVE GLOBALE LOCALE

 

A- La place de l’École dans la cité

 

1. La collaboration collège/CEL

 

2. L’apport du collège au CEL

 

3. L’apport du CEL au collège

 

B- La municipalité et les autres partenaires du CEL

 

1. L’investissement de la commune

 

2. Les dispositifs partenaires du CEL

 

3. Les associations partenaires ou prestataires

 

IV- LES IMPACTS DU CEL

 

 

B- Les impacts sur les jeunes.

 

1. La participation des jeunes aux actions

 

2. Les savoir-être et compétences des jeunes

 

3. L’épanouissement personnel des jeunes

 

4. L’implication des jeunes en dehors des actions

 

C- L’impact du CEL sur son environnement

 

1. L’impact sur le collège

 

2. L’impact du CEL sur les territoires

V- LES PROPOSITIONS D’AMELIORATION DES CEL

 

A- Les conditions pour que les CEL fonctionnent mieux

 

B- Les conditions d’un approche plus globale de l’éducation

 

1. L’implication, la volonté des partenaires

 

2. Une coopération plus large

 

3. Des temps de réflexion communs

 

4. Une meilleure connaissance et reconnaissance des autres partenaires

 

5. Des moyens humains, matériels ou financiers

 

6. Prendre en compte le temps global des jeunes

 

7. Des expériences d’approche globale de l’éducation

 

C- Les suggestions des coordonnateurs

 

1. La réaffirmation de l’importance du CEL

 

2. Des difficultés administratives

 

3. Des moyens insuffisants

 

4. La difficile fonction de coordonnateur

 

5. Les problèmes spécifiques aux communes rurales

 

6. La difficulté d’impliquer les 12-16 ans

 

7. Des expérience positives

 

GLOSSAIRE

 
 

 

 

Répondre