PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Ministère de l’Education Nationale :

Accéder au site source de notre article.


SOMMAIRE

1 DEMARCHE ET CONTEXTE

 

1.1Méthodologie de l’enquête

 

1.2 Un département plutôt performant compte tenu de ses caractéristiques

 

1.2.1 Une population en augmentation mais avec de fortes disparités géographiques

 

1.2.2 Des collèges qui accueillent une population très hétérogène

 

1.2.3 Des performances contrastées

 

1.2.4 Un plan favorable à l’évaluation par compétences 

 

1.3 Une académie historiquement engagée dans le développement des TICE

 

1.3.1 Une politique académique caractérisée par des choix stratégiques et partenariaux

 

1.3.2 « Un collégien, un ordinateur portable » : une opération singulière, volontariste et installée dans la durée 

 

2 UNE OPERATION A MULTIPLES FACETTES QUI OBLIGE A REPENSER LES RELATIONS PARTENARIALES 

 

2.1 Le choix des outils : de l’individuel à une vision plus globale

 

2.2 Le choix des niveaux concernés 

 

2.3 L’accent mis sur les ressources 

 

2.4 Un pilotage essentiellement centré sur les aspects techniques

 

3 LES CONVERGENCES ENTRE L’OPERATION ET LES ORIENTATIONS NATIONALES

 

3.1La prise en compte du numérique dans l’éducation : une préoccupation partagée.

 

3.2 Le plan de rénovation de l’enseignement des langues vivantes : un élément clé du développement des usages.

 

3.3 Le développement des ENT 

 

3.4 Une série d’expérimentations dans les Landes, validées par l’académie, mais disjointes de l’opération départementale 

 

3.5 L’éducation à l’information : un des objectifs académiques majeurs mal réalisé.

4 DES USAGES RICHES ET DIVERSIFIES DANS LES DISCIPLINES, TROP RARES EN DOCUMENTATION ET VIE SCOLAIRE 

 

4.1 Les usages en classe 

 
 
 

4.1.1 Arts plastiques et éducation musicale : des outils qui facilitent l’analyse et renforcent la créativité

 

4.1.2 Éducation physique et sportive : une aspiration à des outils plus mobiles

 

4.1.3 Histoire et géographie : vers une articulation entre usages individuels et collectifs

 

4.1.4 Langues vivantes : des élèves plus actifs et plus autonomes

 

4.1.5 Latin : des cours plus vivants

 

4.1.6 Lettres : vers des évolutions en matière de lecture et d’écriture

 

4.1.7 Mathématiques : une utilisation dynamique des outils

 

4.1.8 Sciences physiques : une diversification des approches

 

4.1.9 Sciences de la vie et de la Terre : des usages polymorphes

 

4.1.10 Technologie : l’outil modifie l’image de la discipline

 

4.2 Documentation et vie scolaire : en retrait par rapport à l’opération

 

4.2.1 Des CDI à la recherche d’une nouvelle attractivité

 

4.2.2 Une vie scolaire davantage centrée sur l’interdiction que sur l’éducation

 

4.2.3 Une opération sans impact sur les clivages traditionnels Enseignements /Documentation/ Vie scolaire

 

4.3 Les usages à la maison

 

5 DES ACTEURS ET DES UTILISATEURS D’ACCORD POUR APPRECIER L’OPERATION, MAIS SUR DES MODES DIVERS

 

5.1 Les professeurs

 

5.1.1 Une appropriation progressive des outils

 

5.1.2 Les pratiques et les attentes des professeurs aujourd’hui

 

5.1.3 Des contraintes techniques qui demeurent

 

5.1.4 Des mutations à dessiner

 

5.2 Les élèves de quatrième et de troisième 

 

5.2.1Une grande satisfaction

 

5.2.2 Des utilisations en classe trop irrégulières

 

5.2.3 Une motivation accrue pour les devoirs à la maison

 

5.2.4 Un outil polyvalent devenu familier

 

5.3 Les anciens élèves (en seconde)

 

5.4 Les parents d’élèves

 

5.4.1 Un avantage reconnu 

 

5.4.2 Un objet bivalent et ambivalent

 

5.4.3 Un outil de travail de plus en plus présent

 

5.4.4 L’allègement du cartable : un objectif encore non atteint 

5.4.5 La communication famille-collège encore balbutiante 

 

5.5 Des personnels de direction globalement satisfaits de l’opération

 

5.5.1 Les aspects positifs 

5.5.2 Les nuances apportées

 

5.5.3 Les axes d’amélioration 

 

6 DES POINTS NEVRALGIQUES 

 

6.1 Numérique et architecture des collèges : une question qui n’a pas été posée

 

6.2 L’évaluation a été discontinue 

 

6.3 Une formation académique dont l’importance n’a pas toujours été perçue

 

6.3.1 Les formations de proximité : un volume difficile à apprécier

 

6.3.2 Les formations de formateurs : un élément clé de la réussite

 

6.3.3 Les formations ouvertes à distance (FOAD) : l’académie innove

 

6.3.4 Les projets de formation

6.4 Les contractuels assistants d’éducation TICE : des personnels indispensables

 

6.5 Continuité et ruptures 

 

6.5.1 De l’école au collège 

 

6.5.2 Une rupture relative entre les niveaux sixième-cinquième et quatrième-troisième

 

6.6 Des ressources nombreuses, mais inégalement exploitées

 

6.6.1 Le prix du manuel scolaire : une question importante pour l’avenir de l’opération

 

6.7 Une communication du conseil général abondante mais peu ciblée

 

6.7.1 Un effort continu privilégiant les publications et l’événementiel

 

6.7.2 Une réception locale cependant brouillée

 

6.7.3 Pour une communication mieux ciblée 

 

6.8 Limites et perspectives de l’innovation : Wi-Fi, tablettes…

 

CONCLUSIONS 

 

PRECONISATIONS  

 

ANNEXES 

 

 

Répondre