PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly
Les débats actuels autour des questions éducatives montrent à quel point l’éducation est  à un tournant et doit prendre des chemins nouveaux vers les transformations nécessaires et indispensables au seul profit des enfants et des jeunes. Cette question "sociétale" concerne l’ensemble de la population et l’ensemble du vaste champ éducatif. Il est nécessaire d’offrir une vision collective du paradigme de construction d’une éducation globale, inclusive et partagée supposant ainsi solidarités et coopérations.
 
L’ensemble des acteurs éducatifs doit avoir à l’esprit une double exigence :
 
  • la mutation de l’École est inséparable d’une conception d’ensemble de l’Éducation et donc du champ dans lequel elle se conduit
  • l’Éducation doit répondre et satisfaire, en premier lieu, aux besoins de l’enfant et de l’adolescent et donc s’adresser à l’intégrité de la personne
Cette double exigence se traduit par la nécessité de définir les champs éducatifs concernés dans les lieux et les temps articulés distinguant formel, non formel et informel afin d’assurer une vraie démocratisation qualitative (accès de tous et accompagnement de chacun).
 
Des champs éducatifs qui obéissent à deux principes politiques essentiels d’ordre démocratique :
  • l’Éducation est un droit de tous sans exception qui doit en conséquence permettre l’accès de chacun quels que soient ses origines, ses conditions, ses spécificités, son âge.
  • l’Éducation est l’affaire de tous en tant que parents, professionnels, associatifs, urbanistes, élus, acteurs économiques….et bien évidemment jeunes eux-mêmes.
Les politiques à élaborer et à mettre en œuvre sur trois niveaux (national, régional et local), demandent des coopérations nouvelles entre les acteurs publics en articulation avec le socle de  connaissances et de compétences.
 
Elles doivent reposer sur une pratique démocratique d’échanges et de construction entre tous les acteurs concernés prenant appui sur les initiatives, les mobilisations, les innovations mises en œuvre, innovations non seulement tolérées mais soutenues, encouragées et évaluées.
 
De nombreux acteurs, souvent associatifs, initient des  activités articulées avec l’Ecole qui sont des facteurs de réussite éducative ; des structures d’économie sociale et solidaire, impliquées dans le champ éducatif, apparaîssent également et se multiplient…
 
Dans le contexte social, économique et politique, et dans le prolongement des finalités, objectifs et moyens de la Loi de Refondation de l’Ecole de la République, l’éducation partagée, inscrite dans la perspective d’éducation et de formation tout au long de la vie, doit être un outil essentiel et novateur pour préparer l’avenir.
 
Une société inclusive, reposant sur le principe d’émancipation de tous, a nécessité de penser l’avenir et l’accompagnement de tous les jeunes et la maîtrise  de leur parcours de vie.
 
Afin de « déverrouiller le champ éducatif » et garantir une mobilisation citoyenne, porteuse d’ambitions éducatives et sociales, autour de l’Education, deux outils sont incontournables :
  • le projet éducatif de territoire, à la condition qu’il soit élaboré par les acteurs éducatifs eux-mêmes accompagnés par les services des collectivités et des diverses institutions et associations locales, dans le respect des compétences de chacun des acteurs afin d’être validé ensuite par la collectivité territoriale.
  • le socle commun de connaissances et de compétences, qui sera validé par l’École mais dont le contenu (base commune) est étudié à l’école en relation avec toutes les activités d’apprentissage menées par les jeunes dans leurs temps sociaux, temps dédiés et encadrés.
Nous affirmons qu’aujourd’hui :
  • l’Education est le premier besoin d’une société qui se fixe pour finalité l’inclusion de  tous, 
  • l’école doit permettre aux enfants de conquérir leurs savoirs dans des lieux et des temps appropriés.
  • les outils numériques, avec la généralisation de leur mise en œuvre, doivent porter des renouvellements de pratiques éducatives et sociales.
Faire le choix d’une éducation globale partagée fondée sur la solidarité, c’est faire un choix culturel, social, économique et aussi politique. C’est faire le choix  d’une société réellement inclusive.
Categories: UNIVERSITES D'ETE

Répondre