PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Ville de Villeurbanne – le 15 mai 2014 :

Accéder au site source de notre article.


Après le scénario minimaliste présenté mercredi par le maire de Lyon dans les colonnes du Progrès, c’était au tour de la municipalité de Villeurbanne de dévoiler sa façon d’aménager les rythmes scolaires. Elle parait autrement plus ambitieuse.

« Nous appliquons la réforme avec conviction », martèle Damien Berthilier, adjoint à l’éducation. Contrairement à Lyon qui a choisi de concentrer les activités périscolaires sur le seul vendredi après-midi, sans toucher aux autres jours, Villeurbanne a décidé de refondre totalement son offre dans le domaine. « C’est une opportunité unique de permettre à tous les enfants de pratiquer des activités culturelles, scientifiques, sportives, artistiques », s’enthousiasme Damien Berthilier.

Des journées mieux adaptées aux enfants

A partir de la rentrée prochaine, les enfants finiront l’école à 15h45 contre 16h30 actuellement. La journée ne dure alors plus que 5 heures 15 au lieu de 6 heures, respectant ainsi les recommandations des chronobiologistes. Les maternelles terminent un quart d’heure plus tard, afin de permettre aux parents de venir chercher leurs enfants dans deux établissements différents. Par ailleurs, la matinée, plus propice à l’apprentissage, est rallongée d’une demi-heure jusqu’à 12h (11h45 en maternelle), en décalant d’autant la pause méridienne. Le mercredi, les enfants auront classe de 8h30 à 11h30. Ce jour-là, une garderie est proposée jusqu’à 12h30, mais pas de cantine.

Dès 15h45, deux offres périscolaires sont proposées aux parents : un « temps court », gratuit, jusqu’à 16h30, consacrée essentiellement au goûter, à la récréation et à l’étude, et un « temps long » jusqu’à 18h (contre 17h45 actuellement) faisant la part belle à diverses activités. Elles seront animées par des enseignants, vacataires et associations et seront payantes.

Les tarifs s’échelonnent en fonction du quotient Caf entre 2,50 euros par mois pour les familles en « urgence sociale » et 60 euros pour celles dont le quotient dépasse 2200. Par ailleurs, des réductions sont appliquées au prorata si l’enfant ne participe pas tous les jours.

Le coût de l’opération pour la ville dépendra du nombre d’enfants inscrits, les places n’étant pas limitées. La mairie s’attend à au moins autant d’inscriptions que pour le restaurant scolaire, soit 70% des 12 813 écoliers de la ville. Pour les quatre derniers mois de l’année 2014, un coût global pour la collectivité de 1,6 millions d’euros a été budgétisé.

Les inscriptions seront ouvertes dès la fin mai et jusqu’aux grandes vacances à l’aide d’un formulaire disponible dans les écoles et sur internet. Par ailleurs, une plaquette explicative va prochainement être distribuée aux parents.

Répondre