PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

La 11e rencontre annuelle des « Collectivités amies des enfants » s’est déroulée, mardi 12 mai, à l’hôtel de ville de Paris, sous le thème « Education et collectivités, un cas d’école ». Le dispositif créé par l’Unicef en partenariat avec l’Association des maires de France (AMF) et l’Assemblée des départements de France (ADF) poursuit un objectif : servir la cause des enfants en améliorant leur vie quotidienne, en développant leur participation, en favorisant leur écoute et leur ouverture sur les autres.  De par les compétences que détiennent les villes et les départements, « leur rôle éducatif est essentiel » assure Michèle Barzach, présidente de l’Unicef France. 
La journée du 12 mai a permis de débattre du rôle des villes et des départements dans l’amélioration de la vie quotidienne des enfants et adolescents, tout en valorisant les projets et actions mis en place par les collectivités déjà partenaires*.  Dédiée comme à l’habitude aux experts, élus et agents publics, la rencontre a été ponctuée de débats  articulés autour de trois tables rondes : « L’innovation pédagogique au service des enfants et des adolescents : comment faciliter la transmission, donner les clés pour aider à grandir ? » , « L’accès à la culture comme facteur de développement personnel et de lutte contre l’exclusion sociale » ; « Proximité, accessibilité et pertinence des actions éducatives pour favoriser l’égalité des chances ». 
Préserver les enfants, les aider à grandir à travers des projets, un environnement propices, avec en ligne de mire « notre devoir moral à l’égard de la cause des enfants », et la lutte contre les inégalités et la recherche de l’égalité des chances, cheval de bataille du gouvernement. « Toutes les activités éducatives proposées aux enfants et aux adolescents doivent contribuer à compenser les inégalités », selon les mots de Michèle Barzach. Grandir dans un environnement accueillant propice au développement de chacun, c’est également miser sur l’avenir, investir sur les jeunes qui feront la société de demain.  
Comme l’a souligné Isabelle Filliozat, psychothérapeute intervenant lors de la journée, « pour nous adultes, il est important d’écouter les enfants » et « l’architecture et les aménagements des espaces urbains favorisent le développement des enfants ».  Si le projet peut séduire, devenir une ville ou un département ami des enfants « ne se limite pas à un simple exercice de communication mais se mérite et répond à un cahier des charges très précis », rappelle Michèle Barzach. Pour ceux et celles qui souhaiteraient en connaître les tenants et aboutissants, deux liens mis à disposition sur le site de l’Unicef :  devenir une ville amie ou devenir un département ami 
« Toutes les expériences d’un enfant façonnent son cerveau. La ville peut fournir un espace adapté à cela », affirme Isabelle Filliozat. Reste à espérer que d’autres villes et départements se lanceront le défi d’aider les enfants à mieux grandir.

Sandrine Toussaint

* Le dispositif réunit aujourd’hui plus de 200 villes et 7 départements

Lire la suite : http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&cid=1250268917373